HKTDC    Cathay Pacific Airways    French Chamber of Commerce and Industry in Hong Kong    Discover Hong Kong    HKETO Brussels    Invest Hong Kong    BUSINESS FRANCE    BNP Paribas    Bruno BÉDARIDE NOTAIRE    GIL Syndicat du Luminaire     ISEP Institut Supérieur d'Électronique de Paris    RINCK    Vinci Construction Grands Projets    AB INITIO    ADVENTION BUSINESS PARTNERS    Artélie Conseil    ASIAINSPECTION HUB2ASIA    Bryan Cave    CABINET HUGON    CREDIA    DYArchitectes    Edeline Design    ESI-France    EUROMIP    Grospiron International    Harris Corporate Solutions    ICA International Cargo Affrètement    IDEAL Environnement    iDealwine.com    IN UP    IRG Fang France    Jin Diane Real Estate    MacAuto    PANAMASIA Financial Services    RSA Crowe Horwath    SURYS    Thomas, Mayer & Associés    TRADE EVENTS SOLUTIONS    YBL Consulting

HK ENTRE CHIEN ET LOUP

Le projet de révision électorale préparé par Leung Chun-ying, le “chief executive” de la Région administrative spéciale de Hong Kong, a été présenté fin Août par le Conseiller d’Etat Zhang Dejiang pour délibération et vote au Standing Commitee du National People’s Congress (NPC) à Beijing.

Cette délibération visant à introduire en 2017 le suffrage universel pour élire le prochain « chief executive » (les précédents ayant été élus par un collège restreint de grands électeurs), intervient alors que Hong Kong est agitée de manifestations du mouvement de désobéissance civile « Occupy Central » et de déclarations de personnalités peu favorables à l’économie du projet comme récemment le « tycoon » des médias Jimmy Lai.

Face à cette situation, le Ministère des Affaires Etrangères chinois a émis un  » warning « sur les interférences étrangères dans les affaires intérieures de Hong Kong; un message pour le bon usage des diplomates étrangers en poste à Hong Kong ou sur le continent…

Le porte- parole du Département des affaires de Hong Kong, Macau et Taiwan a pour sa part déclaré : « it is intolerable for foreign power to use Hong Kong as a bridgehead to subvert and infiltrate the mainland » (Xinhua press agency).

Le quotidien chinois proche du PCC « Global Times » en remet une couche avec un « wording » de guerre froide: » Hong Kong radical camp is a tiger paper » (édito du 1er Septembre 2014).

Alex Lo, le célèbre éditorialiste du South China Morning Post, met en question la capacité de l’actuel gouvernement à mener la réforme démocratique « voulue » par Beijing: « our government itself has become the problem ».

Les rumeurs les plus folles circulent en ville: la garnison à Hong Kong de l’armée du peuple serait en état d’alerte et des voix autorisées prédisent un bain de sang à venir!

Dans ce tohu bohu, nous connaissons le contenu de la délibération votée par le NPC.

Le point le plus controversé est confirmé: le 5ème « chief executive » sera bien élu au suffrage universel… mais par un comité de nomination « largement représentatif » de 1200 membres ayant préalablement adoubé deux à trois candidats.

China Daily et Shanghai Daily font la une pleine page sur la décision du NPC mais mettent aussi en « Top news » la réelection à Macau dans un climat plus serein du « chief executive-designate » Chui Sai On avec un score de dictateur africain!

Dans la foulee du rendu de la decision du NPC, C.Y Leung a fait une conférence de presse declarant: “a major step forward in the development of Hong Kong society and also a milestone for our country” alors qu’une nouvelle manifestation se déroulait devant le siege du Gouvernement.

Il est question désormais de nouvelles actions de refus (comme des grèves dans les ecoles) avant une grande démonstration dans Central (un gigantesque “sit-in”). Seront-elles interdites et/ou reprimees?

Beijing vient de dépêcher a Hong Kong Li Fei, le Président du Basic Law Committee mais aussi membre du NPC, pour expliquer la décision de cet organe; son arrivée dans son hotel de Wan Chai déclanchant les huées de milliers de manifestants massés dans le quartier. Il est vrai que cet apparatchik avait énonce récemment que: “the candidates for Hong Kong’chief executive should be loyal to the country and the Communist Party” en ajoutant pour les mal-entendants “if Hong Kong’s chief executive doesn’t love the country or love the Party, then that can’t work in one country”.

Cet environnement compliqué aura-t-il a terme un impact sur l’économie de Hong Kong et son statut envié de centre financier?

La “majorite silencieuse” et/ou les “loyalistes” vont-ils donner de la voix?

Dans ce clair obscur, entre chien et loup, Hong Kong va devoir retrouver ses valeurs fondamentales qui ont fait de ce territoire si different du continent une “success story”!

Posted by Yannick Vivarel from China/Hong Kong