HKTDC    Cathay Pacific Airways    French Chamber of Commerce and Industry in Hong Kong    Discover Hong Kong    HKETO Brussels    Invest Hong Kong    BUSINESS FRANCE    BNP Paribas    Bruno BÉDARIDE NOTAIRE    GIL Syndicat du Luminaire     ISEP Institut Supérieur d'Électronique de Paris    RINCK    Vinci Construction Grands Projets    AB INITIO    ADVENTION BUSINESS PARTNERS    Artélie Conseil    ASIAINSPECTION HUB2ASIA    Bryan Cave    CABINET HUGON    CREDIA    DYArchitectes    Edeline Design    ESI-France    EUROMIP    Grospiron International    Harris Corporate Solutions    ICA International Cargo Affrètement    IDEAL Environnement    iDealwine.com    IN UP    IRG Fang France    Jin Diane Real Estate    MacAuto    PANAMASIA Financial Services    RSA Crowe Horwath    SURYS    Thomas, Mayer & Associés    TRADE EVENTS SOLUTIONS    YBL Consulting

"17 ans après la rétrocession, la Chine en passe d’avoir la peau de la liberté de Hong Kong" ATLANTICO.FR 2014-07-01

 Le 1er juillet 1997, les autorités britanniques cédaient Hong Kong à la Chine. 17 ans plus tard, malgré un
statut avantagé comparé aux autres provinces chinoises, il semble que Hong Kong ne soit pas épargné par
le gouvernement chinois.

Avec Jean Luc Domenach

Atlantico : Hong Kong a été remis à la Chine par les autorités britanniques le 1er juillet 1997. 17 ans plus tard, que reste-t-il des libertés individuelles dont jouissait Hong Kong avant 1997 ? Comment le vit la population ?

Jean-Luc Domenach : Contrairement aux idées reçues, les libertés individuelles n’ont presque pas été touchées à Hong Kong. Cette place forte financière est probablement LA zone dans le monde chinois qui jouit le plus de libertés individuelles, LA zone où la tradition venue des provinces voisines sont le plus respectées, LA zone où l’argent circule le plus librement. Autant dire que c’est extraordinaire ! Lorsque l’on regardait les documentaires à l’époque lors de la rencontre entre la Chine et le Royaume-Uni pour la rétrocession de Hong Kong, personne ne pensait que la Chine veillerait à ses promesses.

Il y a cependant une chose que Hong Kong ne peut faire seule : élire son chef de l’exécutif. La Chine a veillé à faire en sorte qu’il s’agisse toujours de quelqu’un pro-chinois. De la même façon, la Chine interdit à Hong Kong d’être contre ses mesures politiques. Il est cependant très difficile pour le reste de la Chine de comprendre que Hong Kong puisse prendre une option sans consulter le gouvernement. Ce système est étrange et difficilement imaginable dans le monde occidental : c’est comme si le Luxembourg devait impérativement demander l’accord de l’Allemagne concernant le choix de son chef du gouvernement.

pour lire l’intégralité de l’article
http://www.atlantico.fr/decryptage/17-ans-apres-retrocession-chine-en-passe-avoir-peau-liberte-hong-kong-jean-luc-domenach-1644855.html